Publié le Laisser un commentaire

Radiola – la TSF à la Française

SFR : Une croissance rapide grâce à la guerre

En 1910, le polytechnicien Emile Girardeau, l’ingénieur Joseph Berthenod, et le mathématicien André Blondel fondent la Société Française Radioélectrique. Ils ont l’objectif d’établir une industrie capable de produire des postes TSF en France, directement à partir des matières premières. L’opportunité se présente dans la colonie du Congo : le gouverneur cherche à établir une liaison radio entre Pointe-Noire et Brazavile.

Au cours de la Première Guerre mondiale, S.F.R. fabrique et livre des dizaines de stations radios, ainsi que de nombreux postes pour l’aviation, la marine et l’armée de terre.

Radiola AR-812 superheterodyne receiver 1918

Recepteur superhétérodyne Radiola AR-812 1918 – Credit Wikimedia

En 1918, forte de son expérience, la société attire des investissements. Emile Girardeau crée alors le holding de la Compagnie générale de télégraphie, dont il est président. Une de ses branches est la S.F.R.

Radiola : Naissance de la première station radio privée

En 1921, Girardeau propose à l’Etat un « service public d’informations, de musique, de chant et de diffusion d’œuvres diverses en demandant les ressources à la publicité », et obtient la création de la première station privée européenne. S.F.R. crée la marque Radiola pour tous les postes émetteurs et récepteurs de TSF. L’émission phare de la nouvelle radio privée porte le même nom et sera diffusée pendant deux ans.

Réclame pour l’émission Radiola – Crédits Wikipedia

Le rachat par Philips

En 1929, la Compagnie générale de télégraphie rachète la Radiotechnique, entreprise française créée dix ans plus tôt et fabriquant des lampes pour la TSF. La nouvelle arrivée se voit confier la production des récepteurs de TSF Radiola.

Puis, en 1931, la Radiotechnique passe des accords financiers avec Philips. Dès l’année suivante, les appareils Philips vendus en France seront fabriqués dans les usines produisant les récepteurs Radiola. À compter de ce moment, seul le marketing change: les appareils Philips et Radiola sont techniquement et souvent visuellement identiques.

Radiola a une grande notoriété en France, et Philips ne peut importer importer les pièces de Hollande du fait des normes françaises différentes, les deux marques continuent donc à coexister dans l’hexagone. Dans les années 50, Radiola se diversifie en produisant aussi des produits électroménagers.

Radios Transistors Radiola – 1958

Des seventies à la dissolution

L’homme marche sur la Lune en 1969 et Radiola dessine un tourne-disque aux courbes futuristes dont le succès est immédiat. Si son nom officiel est Patrice, il est désormais plus connu sous celui de UFO (Unidentified Flying Object).

Tourne-disque platine vinyle Radiola Patrice UFO WIFI Bluetooth multiroom – tsf vintage radios : appareils anciens modernisés en enceintes connectées - Made in France

Radiola UFO 1969

Au début des années 70, la marque parvient à se faire une place dans les nouveaux circuits de la grande distribution. Deux décennies plus tard, la concurrence asiatique et la disparition des normes spécifiques françaises portent un coup fatal à Radiola. Philips fait disparaître petit à petit ses produits et la marque est dissoute en 2002.

S.F.R. s’est entre-temps diversifiée dans les réseaux de télécommunication, et est devenue l’un des poids-lourds des réseaux mobiles en France.

Sources

wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.